Nouvelles Plumes

Forum d'auteurs
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Premier Cadavre Exquis -- Jack -- (Terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Emaneth
Admin à Petite Plume
avatar

Nombre de messages : 129
Age : 31
Localisation : Metz
Date d'inscription : 22/04/2007

MessageSujet: Premier Cadavre Exquis -- Jack -- (Terminé)   Dim 3 Juin - 16:25

-- Un Sans Abri, dénommé Jack --



Loin dans les ténèbres, une lueur vacillait. Semblable à celle d’une torche, on eut cru qu’elle s’amusait à voler entre les grillages des rambardes. Jack sentit son équilibre se chamboulé, la vague des moments où l’on glisse entre les bulles alcooliques. Bouteille à la main, il se dandinait, candide et saoul, dans une ruelle où les poubelles offraient leurs entrailles pourries. Loin derrière lui, un chat noir fouillait dans les plastiques percés. Des rats trempés par la fine pluie s’abattant sur la ville, farfouillaient eux aussi. Les flaques devenaient meurtrières pour un ivrogne comme lui. Il se souvint d’un ancien ami, retrouvé noyé dans un nid de poule. Cinq centimètre d’eau, un verre de trop, et la vie s’arrêtait pour ceux qui vivait dans les rues.

Ses vêtements dégoulinaient de crasse. Enfin une bonne pluie pour se laver les cheveux, pour essorer ses vieux vêtements. Sous une gouttière, il se laissa glisser, ouvrant grand la bouche pour recueillir le liquide glacée. Le froid le réveilla quelque peu. Mais l’alcool coulait toujours abondamment dans ses veines et son équilibre troublé continuait à se faire ressentir. Il se laissa alors porter par ses jambes gonflées, jusqu’à sa propriété. Un carton sous un vieux pont oublié.

Oui, c’était là qu’il vivait. Un lieu perdu mais si calme. Il pouvait s’adonner à des siestes interminables qui lui effaçaient ses envies de nourriture. Qui dort, dîne. Ainsi parlait ça mère. Ainsi il choisissait de ralentir le cours du temps. Plus il dormait, moins il avait besoin de manger. Mais au réveil, comme un troupeau au galop, ses crampes d’estomac refaisaient alors surface, piétinant ses entrailles vides.

Des morceaux de pain dans les poubelles, comme un rat, comme un chat errant, il fouillait un peu partout à la recherche d’un petit rien, d’un minuscule quelque chose. A n’importe qu’elle heure, il se mettait debout. Il était déphasé, loin de la vie des autres, loin du système au mur d’acier trempé, impeccable, implacable. Quelque fois il oubliait son nom. Il se demandait si les gens faisait exprès de l’éviter, de l’éloigner de leur vie propre et net, où une erreur comme lui n’avait aucune raison d’être. Pourtant, il continuait à vivre, lui, dans son petit nid de carton, sous son pont de pierre tordues, loin du bruit.

La nuit où commence notre histoire était pareille à toutes les autres. Un peu d’alcool, une petite pluie, une douche froide et au lit. Pourtant, au milieu du chemin, un chat l’empêchait d’avancer. Les poils dressés sur son dos, il lui bloquait la sortie. Coincé dans sa ruelle, il titubait apeuré par la bête, qu’il voyait tel un colosse dangereux et furieux. Sur ses pattes de velours l’animal s’approcha. Jack s’enfuit alors près d'un mur. Cul de Sac. Satané chat de gouttière, plus gros qu’un homme. Satané délire alcoolique. La sueur sur son front reflétait ça peur. Pourtant dans un doux miaulement le chat ronronna en se collant à ses jambes. Le sans-abri cria, avant de s’apercevoir de l’inutilité de sa frayeur, puis s’agenouilla devant l’animal.

- « Tu as faim toi aussi ?!? »

La boule de poil miaula de nouveau, comme pour répondre à sa demande. Jack s’était fait un nouvel ami, noir et crasseux comme lui. Il le porta sous son épaule, le chat fit les gros yeux, remuant sa queue à tout va. Une main sur sa tête aux oreilles pointues et il se calma ronronnant de plus belle.

- « Je vais te garder près de moi alors ! »

De la ruelle, il sortit portant avec lui son nouveau compagnon. Dans une flaque boueuse, une affichette se baignait. On y reconnaissait la photo du chat. Quelqu’un le recherchait, mais Jack ne le vit pas.

_________________
~~ Douce Brume ¤ Petite Plume ~~

Mon Livre -> Ecorchés et Amnésiques


Thanks for all dear


Dernière édition par le Mer 18 Juil - 9:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amnesy
Admin à Petite Plume
avatar

Nombre de messages : 467
Age : 31
Date d'inscription : 21/04/2007

MessageSujet: Re: Premier Cadavre Exquis -- Jack -- (Terminé)   Mar 5 Juin - 16:36

- Nostalgie -





Jack ne le vit pas, et ne remarqua pas non plus le chat qui gigotait sous son bras, chat qui n’était d’ailleurs pas rachitique. Il le portait ainsi car il avait toujours sa bouteille de vin dans son autre main. Il l’emmena jusqu’à son carton, et le posant à côté de lui, en s’asseyant lourdement, manquant de lui écraser la queue. Le chat lui tourna autour un moment, ronronnant et émettant de petits miaulements plaintifs. Comme s’il lui demandait ce qu’il faisait là, et pourquoi il l’avait emmené là.

L’homme but plusieurs longues gorgées de sa bouteille. Seul réconfort, depuis bien longtemps. Il avait hélas perdu son travail il y avait quelques années de ça, au moins cinq. Il l’avait caché à sa femme pendant de long mois, faisant semblant de se rendre à son bureau tous les matins, lui racontant des réunions qui n’avaient donc jamais eu lieu, et moults événements de l’entreprise. Sa femme ne supporta pas tous ces mensonges, et partit avec leurs deux enfants. Dès lors, ça avait été la dégringolade pour Jack.
Chômeur, il n’avait pas retrouvé de travail, avait été expulsé de son appartement, et s’était retrouvé à la rue. De plus, il avait commencé à boire plus que de raison pendant la période mensongère de sa vie, et la rue ne l’aidait pas à arrêter.

Le chat était le premier être vivant à lui porter autant d’attention. Même ses amis de rue lui en apportaient moins. Alors il s’attacha très vite à cette petite bête.

Jack regarda son carton, ses quelques minces affaires personnelles. Et il se dit qu’il était temps de changer d’air. Changer de pont. Puisque rien ne le retenait ici. C’était un avantage, de ne dépendre de rien ni de personne. Pas de préavis à donner, pas de personnes à prévenir, il pouvait décider sur un coup de tête de changer de terrain. Modeler sa vie.

Le chat tournait autour de ses jambes, toujours miaulant, comme s’il tenait à lui dire quelque chose. Jack ne le regardait pas. Il était perdu dans une absence, tout en posant son regard tour à tour de son carton à ses bouteilles vides. Puis il parut reprendre connaissance lorsqu’il entraperçut, dans un coin de sa boite, une gourmette. Il se baissa avec peine vers elle, pour l’attraper. Il manqua de s’affaler en avant, mais retrouva son équilibre. Il la saisit enfin, et la porta près de ses yeux. On pouvait y lire son prénom, Jack, gravé dans le bijou. C’était sa femme, Marine, qui lui avait offert à son premier anniversaire qu’ils avaient fêté ensemble, et la gourmette ne l’avait plus jamais quitté.

Jack eut un moment de nostalgie. Il aimait bien se vautrer dans ses vieux souvenirs, ainsi il sentait encore toute sa petite famille près de lui. Il glissa la gourmette à son poignet, et rassembla ses maigres affaires, puis, son carton et le chat sous les bras, quitta son nid sous ce pont aux pierres tordues.
Jack ne pourrait pas raconter son chemin jusqu’à sa nouvelle demeure, il marchait mais ne voyait pas les alentours, il était trop perdu dans ses pensées. Il se voyait serrer dans ses bras sa fille Lucie, la faire virevolter dans les airs et écouter son rire joyeux. Il se demanda à quoi elle ressemblait à présent, cinq ans de passés pour une petite fille c’était beaucoup, elle avait grandi et sûrement bien changé.

Il arriva enfin près d’une rivière. Il s’en étonna car il croyait qu’en ville, il n’y en avait pas. Puis il se rendit compte que l’alcool le faisait penser n’importe quoi. Il avait tant marché qu’il était sorti de la ville. Il regarda où il se trouvait. Petit cours d’eau, pont très ancien pas loin de là, et la route. Jack installa son carton sous le pont, dans l’herbe qui n’était pas très haute à cet endroit. Il posa le chat qui alla immédiatement renifler la rivière, et y tremper prudemment sa patte.

Jack, épuisé, se coucha sous son carton et s’endormit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.20six.fr/darkstars
Aklina
Petite Plume
avatar

Nombre de messages : 84
Age : 33
Date d'inscription : 23/04/2007

MessageSujet: Re: Premier Cadavre Exquis -- Jack -- (Terminé)   Jeu 7 Juin - 0:06

- Minoush -

Le soir tombait sur la ville maintenant voisine de la « demeure » de Jack, dans sa chambre une petite fille aux yeux rougis par les larmes lisait les pages des petites annonces du journal local.
- Ma chérie il est l’heure de passer à table…tu continues de lire ça? Je ne pense pas que si quelqu’un retrouve Minoush il passera par les petites annonces.
- Oui maman…j’arrive.

Depuis deux jours que leur chat s’était enfui, elle et son frère trouvaient l’appartement bien vide, plus personne ne menaçait de manger le jolie poisson rouge trônant sur la commode dans son bocal, et plus personne ne venait se blottir sur leurs genoux le soir pendant le film…il faisait bien triste depuis qu’il était parti. Le repas se passa en silence comme la veille, même le clafoutis aux cerises n’avait pas réussi à décrocher un sourire aux deux enfants.
Si même leur dessert favori n’y fait rien…
-
Hier nous avons placardé des affichettes partout, si quelqu’un le retrouve il viendra forcément nous le ramener, il faut être patient, et demain comme je ne travaille pas je ferais le tour de la ville pour essayer de le trouver, au cas où il ne soit pas allé loin…ne vous inquiétez pas, je ferais mon possible pour ramener Minoush.
- Et s’il avait eu un accident? Ou que des malfaiteurs l’aient pris?
- Il ne faut pas penser à des choses comme ça, cela fait trop peu de temps qu’il est parti, je suis sure qu’il va bien.

La petite fille sortit de table pour continuer les petites annonces, espérant voir apparaître qu’un chat noir et affectueux avait été retrouvé.

Les nuits au bord de cette rivière étaient plus fraîches, le courant y étant nettement plus fort. Les étoiles avait l’air de veiller sur lui, Jack avait repris un peu confiance en lui, depuis qu’il avait recueilli ce chat, à moins que ce ne soit l’animal qui ait recueilli Jack, il se sentait apprécié, et cela faisait près de 5 ans que ça ne lui était pas arrivé. Ils étaient ensemble depuis 24 heures et il était toujours là…toujours blottit contre son corps froid et malingre. C’était plus de tendresse qu’il n’en avait eu durant ces 5 ans de solitude, à errer de pont en pont. Parfois il se demandait vraiment comment il avait survécu. Sa boule de poil dormait entre ses jambes lorsque, pour la première fois depuis qu’il l’avait rencontré, il se demanda si toute cette tendresse, tout ces « ronron » ne manquaient pas à quelqu’un, près de son précédent pont…une vague de tristesse l’enveloppa comme un nuage un instant, ce sont des moustaches chatouilleuses qui le sortit de ses pensées sinistres, la bête miaulait tout en se frottant.
-Tu dois avoir faim toi…où est-ce que je vais te trouver à manger?
Il n’allait pas être facile pour Jack de dénicher de quoi alimenter son nouveau compagnon. Un restaurant voudra peut-être bien donner ses restes pour un chat, plus que pour un homme, qui sait.

En ville la petite fille déplorait toujours la perte de son chat, et c’était un sentiment bien douloureux qui l’envahit lorsqu’elle entendit sa mère répondre à sa question, la même depuis deux jours…, dans la salle à manger Célestin se préparait pour allait à l’école.
- Maman, tu as eu des nouvelles de Jack?
- N’appelle pas ton père comme ça!! Malgré ce qu’il a fait ne l‘appelle pas comme ça s‘il te plait… mais non je n’ai toujours pas eu de nouvelles de lui.

Célestin avait le regard triste, comme bien souvent depuis 5 ans, 5 trop longues années.
-Vas chercher ta sœur, il est temps d’y aller…lui demanda, Marine, sa mère qui voyait bien qu’il ne fallait pas qu’il se plonge trop longtemps dans ses souvenirs, en tout cas pas dès le petit matin.
- Luciiie!!!!!

_________________
Dans la forêt de cendre, au détour d'un arbre, sous une feuille de rosée, un défilé de champignons...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Premier Cadavre Exquis -- Jack -- (Terminé)   Dim 10 Juin - 12:25

~ Espoir Merveilleux ~




Trainassant autant qu'elle le pouvait, la fillette finit par arriver devant sa mère. Elle avait les yeux rougis, comme si elle avait pleuré toute la nuit, et cela ne devait pas être qu'une impression. L'enfant s'empara du manteau que lui tendait sa mère, l'enfilant tristement.
Elle ne reverrait sans doute jamais son chaton...



La cour de son école était immense, car elle réunissait à la fois des primaires, des maternelles et un collège ; il y avait une allée en béton qui faisait tout le tour du préhaut, habritant quelques jeux et où les professeurs se tenaient pour surveiller les plus petits. Mais la plus grande partie du centre de la cour était occupé par une étendue herbeuse. Il y avait même une plattebande de magnifiques fleurs colorées, en général surveillée de près, et quelques vieux chênes qui pouvait abriter les élèves de leur ombre. C'était bien plus drôle pour jouer, même si, lorsqu'il pleuvait, tous restaient à l'intérieur des bâtiments.

Lucie venait d'être laissée là par sa maman, et regardait cette fois vers ses quelques amis d'un air triste. Elle ne voulait pas aller leur parler, à eux. C'était son petit chat qu'elle voulait, et elle n'était pas d'humeur à jouer alors que Minoush était peut-être en danger..!

Se dirigeant vers les fleurs et l'ombre du chêne, la fillette s'efforça d'essuyer discrètement ses yeux embrumés. Elle s'assit ainsi doucement au pied du chêne, à l'abris des regards, et attendit. Elle ne pouvait pas L'appeler, sans quoi Celle-ci ne viendrait pas. Un peu de dignité quand même...
Cependant, cela faisait un moment que Lucie attendait, et toujours rien. Faudrait-il finalement qu'elle crie Son nom ? Des larmes se mirent à couler sur ses joues rebondies, et elle ne put étouffer un sanglot ; elle perdait tout le monde.... Personne ne voulait plus d'elle !

Avant qu'elle se mette pour de bon à pleurer, recroquevillée sur elle même, un petit tintement de cloches retint l'attention de l'enfant. Sur son épaule, un nuage de paillettes scintillait, illuminant le visage de la fillette d'un éclat orangé. Le petit être au centre de ce phénomène merveilleux ressemblait à une très belle femme avec des ailes de papillon, tout en orange, mais qui ne faisait pas plus d'une dizaine de centimètres de haut. Souriant d'un air bienveillant, elle se tenait perchée sur l'épaule de Lucie, s'efforçant d'essuyer ses larmes et de comprendre son chagrin, en tintant de plus belle, comme si ce bruit de clochettes était son seul moyen d'expression. D'ailleurs cela semblait foncitonner ; la petite fille souriait, admirant l'adorable créature féérique.

"Azilis... Tu m'as manqué !"

Et quelques nouveux sanglots étreignirent sa gorge. Mais elle retint ses larmes ; elle ne voulait pas se montrer faible devant la petite fée, qui tentait tant bien que mal de la consoler, à force de serrer son cou et de tinter des mots réconfortant.

"Je sais... je devrais pas pleurer... Je veux juste... retrouver mon chaton...C'est maman qui me l'a donné en disant que c'était de la part de papa, et si je le perd, quand papa rentrera il va être très triste... Et je ne veux pas que papa soit triste, ni que maman me gronde..."

Des larmes coulèrent sur les joues de Lucie, tandis qu'elle repensait à tout ça. En effet, maman lui avait donné en voyant tout son chagrin, en lui disant que papa était désolé d'être parti, mais qu'il reviendrait un jour... Et Lucie se raccrocahit à cet espoir comme si sa vie en dépendait, même s'il s'amenuisait de jour en jour maintenant.

Réconfortante, Azilis soufflait à son oreille quelques bruits de clochette, langue étrange mais comprise de l'enfant, qui remontaient un peu son moral, mais lui faisaient aussi avoir peur pour la fée :

"Je ne veux pas que tu te perdes en allant le chercher. Tu n'es jamais allée plus loin que ce jardin ! Même si personne d'autre ne peut plus te voir... Je ne veux pas te perdre aussi..."

Quelques tintements renfrognés lui répondirent. Le petit être, sur un sourire et une étreinte affectueuse, s'envola loin dans le ciel. Le regard de Lucie s'éclaira d'une lueur d'espoir. Azalis allait retrouver son chaton ! Et comme ça, son papa sera fière qu'elle ait pris soin de lui en l'attendant.


~*~*~



Jack n'avait plus rien à croire ni à craindre. Il regardait, épuisé, le chat jouer tout seul. Il avait réusssit à lui dénicher quelques restes dans une poubelle, ayant encore une fois fait la triste expérience de la gentillesse des gens ! Lui maintenant se morfondait, se demandant si la fain qui le tenaillait n'allait pas avoir cette fois raison de lui. Cela faisait si longtemps que ça durait... Il s'endormit ainsi, se demandant ce qu'il allait devenir, et ne faisant plus attention à rien, même au chaton qui s'éloignait dangereusement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Premier Cadavre Exquis -- Jack -- (Terminé)   Mer 20 Juin - 11:44

L'homme est un Loup pour L'Homme




*Idiot !*
Ce fut la première chose que Jack ce dit en ce réveillant en sursaut.
Il s'étira rapidement, tachant d'oublier l'affreux sentiment qui lui rongeait le ventre, sapant toujours plus de ses maigres forces.
-Si tu crois que c'est ainsi que tu vas trouver de quoi manger ! Maugréa t'il pour lui même.
Il aimait entendre le son de sa propre voix. D'une certaine façon, c'était pour lui un moyen de se prouver qu'il était bien humain…
Ca et l'étrange affection qui le liait au chaton…
Il voulu regarder dans sa direction, et senti son rythme cardiaque s'emballer, ne le trouvant nulle part. Il fit quelques pas, hagards, vers l'antique arche de pierre, puis se retourna, roulant la tête en tout sens.
Une ombre passa alors dans son dos, et lui sauta dessus. Jack, les réflexes aiguisé par des années d'errance et de solitude, tenta d'écraser son agresseur en se laissant tomber en arrière, coude tendu. Malheureusement, ce dernier fut plus rapide. D'une prodigieuse détente, il propulsa son petit corps en l'air, et retomba souplement au sol, regardant le sans abris, la tête légèrement inclinée.
Jack, le regard vitreux, mis un moment à comprendre ce qui c'était passé. Quand enfin, il reconnu la silhouette de son nouveau compagnon, un sentiment de béatitude profonde l'envahi. Depuis combien d'année n'avait il pas éprouvé ce sentiment ? Il courrait à présent dans ses veines à bride abattue. Dieu ! Que c'était bon de se sentir humain…
*

Deux heures plus tard, Jack marchait dans la rue en quête de nourriture, son compagnon trottant à côté de lui. Détournant un instant ses yeux de la foule, le sans abri le couvrit d'un regard affectueux. Cet instant d'inattention suffit. Il percuta un passant qui lui aussi regardait ailleurs.
-Au voleur ! A l'agresseur ! Arrière, vaurien ! Hurla l'homme
Jack l'observa, aussi surpris que lui. C'était un homme assez âgé, bien habillé, avec un air distingué. Il portait une canne, mais plus par coquetterie que par réelle nécessité.
-Je ne suis pas un agresseur, énonça Jack d'une voix lasse. En revanche, je veux bien de votre argent.
Du coin de l'œil, il remarqua que l'inconnu serait sa canne d'une main de plus en plus ferme.
-Je ne parlais pas de vous voler, signala t'il, méprisant, mais des pièces que vous n'allez manquer de me donner pour soulager votre conscience.
Et en effet, d'un geste précipité, l'homme avait sorti un portefeuille de cuir et fourré de l'argent dans les mains de Jack, avant de s'enfuir à tout allure. Le sans abri était vraiment écoeuré de l'attitude humaine. Un juste retour du bâton ? Lui-même n'avait jamais été un modèle de courtoisie de son temps prospère. Mais il avait parfois la nette impression que la vie en faisait payer certain pour les erreurs des autres. Bien au dessus de leurs moyens…
*

Il était tard à présent, et Jack se préparait à sortir de la ville, sa bouteille de vin à la main, du pain sous le bras. Son chat, inépuisable allié, n'avait pas cessé de marcher à ses côtés. La vision du sans abri était de moins en moins nette, tout comme sa riche élocution d'ivrogne et sa démarche, moins assurée. C'est alors qu'il entendit un léger bruit de clochette. Il leva la tête, cherchant l'origine du si pur son, et vis que cela provenait d'une petite lumière qui se déplaçait, flottant dans l'air. Cette lumière avait des bras et des jambes. Il regarda tour à tour sa bouteille et la lueur, qui s'éloignait à toute allure, tout excitée. Il allait lancer son précieux butin, quand regardant une nouvelle fois le rouge liquide de l'oubli, il se ravisa. Les vices, côtés les plus sombres de l'âme humaine, sont les plus précieux compagnon de bon nombre d'entre nous…
N'y avait il pas un dicton qui disait : "Vis en accord avec toi-même, c'est-à-dire, en accord avec tes vices" ?
*

Il était revenu "chez lui", où que cela soit, et finissait tranquillement sa bouteille, le ventre plein pour la première fois depuis bien longtemps.
Il caressait son nouveau compagnon, qui semblait s'être endormi. Une brève lueur passant, il remarqua quelque chose d'anormal. Quelque chose qui brillait autour du coup de l'animal. Une plaque "Pour Lucie, Avec Toute Notre Affection" y était accrochée. Il souri. Cela lui rappelait sa propre fille.
*

Lucie. Il avait oublié. Les somptueuses danses de fillette le soir, dans le salon, son rire si léger, son inépuisable énergie, sa tendresse infantile quand elle s'accrochait au cou de son père, maintenant déchu, quand elle s'inquiétait pour lui…une partie de son être se déchira subitement.
-LUCIE ! Cria t'il à la face du ciel.
*

C'est alors que son esprit de dépraver fit le rapprochement. Et si ? Et si le chat était bien celui de sa fille ? Une idée délicieusement tordue traversa son cerveau. Des années de misère et de solitude l'avaient changé. Il éclata d'un rire malsain. Oui. Il se vengerait. Et le chat serait sa solution. Il retrouverait ses gamins, il leur montrerait, à eux, ce que valait un homme qui n'avait plus rien à perdre. Et si il s'était trompé, et bien il garderait le chat !
Il senti sa raison vaciller, mais sa décision était prise.
Il se VENGERAIT.
Dans la nature, l'Homme est un Dieu pour l'Homme.
Dans la société, l'Homme est un Loup pour l'Homme.
L'Homme est un Loup pour l'Homme.


*-*-*-*


Perchée sur un arbre, une petite fée attendait. Elle avait remplie sa mission, et souriait tristement en regardant la lune. Quelque chose de malsain planait dans l'air, elle le sentait…
Revenir en haut Aller en bas
Emaneth
Admin à Petite Plume
avatar

Nombre de messages : 129
Age : 31
Localisation : Metz
Date d'inscription : 22/04/2007

MessageSujet: Re: Premier Cadavre Exquis -- Jack -- (Terminé)   Mar 3 Juil - 20:59

--- Enthousiasme et Réconfort ---



Il pleuvait bruyamment sur les taules du toi d’un petit hangar abandonné. Ici, les hautes herbes camouflaient l’entrée délabrée où un petit animal au pelage mouillé jouait avec un mulot.

- Viens par ici, tu vas t’enrhumé ! » Lança Jack, les mains au dessus d’un feu bien chaud, contenu dans un énorme baril.

Beaucoup de sans abris avaient déjà élu domicile ici, pour se reposer avant d’atteindre la ville prochaine. C’était dans cette ville que Jack espérait trouver d’ancien ami, vivant tout comme lui, des pièces offertes par les passants et des repas poubelles. Trois jours avant, il avait bu comme jamais, et en apercevant le médaillon du chat, avait juré de se venger. Mais se venger de quoi. De lui-même peut-être, de son alcoolisme. Il retrouverait sa famille et la réintégrerait, tout ça en devenant un autre homme.

Tout d’abord, il lui fallait se trouver de nouveau vêtement, prendre un bon bain dans l’un des squats qu’il pourrait dénicher en ville, se faire le plus propre possible. Ensuite, il se renseignerait. Il ne sait pas encore trop comment. Il se souvenait d’un dénommé Gary, capable de trouver n’importe qui à partir de son petit ordinateur portable. Il fallait qu’il le trouve à tout prix. Il emporterait avec lui son nouveau compagnon.

A côté de lui, le chat ronronnait désormais. Son poil avait séché grâce à la chaleur du feu qui grésillait plus puissamment que le bruit de la pluie. Les yeux de Jack se clorent doucement. Depuis bien longtemps, il n’avait pas vécu une soirée aussi enthousiasmante et réconfortante.



- Azilis !!! AZILIS !!! » Cria la petite Lucie dans sa chambre, espérant voir sa fée préférée arriver à toute allure.

Cela faisait maintenant trois jours qu’elle ne l’avait plus vu. Etait-ce une malédiction ? Elle n’avait peut être pas le droit à un compagnon. D’abord son chat, maintenant sa meilleure amie. Lucie pleura doucement.

C’est alors qu’à travers les rideaux de la fenêtre ouverte, la lueur entra, s’approchant du visage de la gamine qui recouvra aussitôt le sourire. Un bruit de clochette et l’enfant compris.

- Tu as retrouvé Minoush ? »

S’en suivit un nouveau tintement.

- D’accord, je ne dis rien à maman. Je fais comme si de rien n’était. Si Papa rentre, peut être que maman lui pardonnera. Peut être qu’ils… qu’ils se remettront ensemble et qu’on pourra resté une famille comme la famille d’Audrey, ma voisine de classe. Son papa et sa maman ne se quitte jamais. »

Enthousiasmé, réconforté, elle aussi. Elle put enfin s’endormir.

_________________
~~ Douce Brume ¤ Petite Plume ~~

Mon Livre -> Ecorchés et Amnésiques


Thanks for all dear
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Premier Cadavre Exquis -- Jack -- (Terminé)   Ven 13 Juil - 22:18

Un pas. Un autre. A chaque levé de jambe, la douleur s'accroissait. il avait faim, il avait froid, mais plus encore, une vilelle douleur à la hanche le reprenait, lancinante, implacable. Mais l'espoir subsistait. Et l'Espoir meurt en dernier, c'est bien connu...
De plus il pensait être atteint de profondes hallucinantions, car il avait plusieurs fois eu l'impression d'être suivit par une petite lumière.
L'espoir rend fou. Sa aussi, c'est connu... Malheureusement.

Il était néanmoins déterminé. il retrouverait sa famille, sa femme, ses enfants, un travail et une position respectable. Se serait sa vengeance. Sa vengeance sur un destin cruel et visiblement acharné...

Son compagnon félin trottant à ses côtés, il tentait de se rappeler de la position d'un des squats dont il avait été familié un temps. C'est alors qu'il eut une idée. Pour une obscure raison, il se souvenait avec précision de l'adresse d'une de ses conaissances, avant sa déchéance. Cette personne en question lui devait un ou deux services, c'était l'occasion ou jamais...

Le chat de sa fille à ses côtés, tentant de se donenr une allure digne malgrés ses guenilles, afin de donenr le change, il sonna à la porte de son ami, la nervosité à son comble...

----------------------------*-------------------------

Le chat observait le monde avec ses grands yeux curieux. Il ne sortait pas beaucoup auparavant, et il n'avait pu observer la vie que pendant le trajet du refuge à la maison de sa maîtresse. Le reste se résumait à la vue depuis le balcon. Il se délectait donc de sa promenade, tentant d'absorber chaque détail entre ses pupilles oblongue, malgrés la sensation de faim qui lui faisait comme un étaut à l'estomac. Cependant, il veillait à ne jamais lacher son nouveau maître d'une semelle. Il se méfiait instinctivement du monde, d'autant plus que la nuit, il avait apperçue une petite lueur qui le suivait, et ses yeux photosensibles n'avait put mettre une sensation sur cette image, laissant l'animal perplexe...
Son maître s'immobilisa. Le chat sentait sa tension, elle crépitait dans l'air comme une ligne haute tension...
C'est alors qu'aprés un bref tintetement, la porte s'ouvrit avec méfiance...
Revenir en haut Aller en bas
Aklina
Petite Plume
avatar

Nombre de messages : 84
Age : 33
Date d'inscription : 23/04/2007

MessageSujet: Re: Premier Cadavre Exquis -- Jack -- (Terminé)   Lun 16 Juil - 3:31

Une femme aux longs cheveux brun se tenait derrière elle. Sa tête apparut dans l’embrasure de la porte,
- oui?
- Bon-bonjour madame, je cherche un viel ami, Arnaud, il habite toujours là?
Les yeux pleins de suspicion la jeune femme dévisageait Jack, elle se rendait bien compte qu’il avait tout d’un clochard…les cheveux sales et la barbe en bataille, maigre avec un regard vitreux, elle avait toutes les raisons de l’envoyer paître. Pour peu qu’elle soit la femme de son ancien ami et qu’elle ait peur qu’il replonge. Mais au besoin il saurait quoi dire.
- Qu’est-ce que vous lui voulez?
Lui demanda-t-elle sur un ton froid et distant.
- Nous avons été très proche à une certaine époque et j’aurais besoin de lui parler.
- Il n’est pas là.
La porte allait se refermer quand une lueur d’espoir surgit en lui, comme si une petite fée lui avait soufflé ses mots alors qu’il allait renoncer, abattu, à son projet.
- Dites lui que Jack est passé, s’il vous plait. Je vis sous le pont du chemin de fer.
Il avait lancé ça, comme une tentative désespérée face à la porte qui se refermait sèchement.
Quelques instants passèrent durant lesquels il ne put se résoudre à partir, le chat s’enroulait inlassablement autour de ses frêles mollets, et doucement la porte se rouvrit, l’expression dur et inquiète de la femme avait un peu disparu, un peu seulement.
- Il m’a parlé d’un Jack. Jack Delonet je crois.
- Oui c’est moi.
- Bien, entrez.
Le chat et Jack s‘enfilèrent dans l‘appartement. Minoush visitait la propriété. Vue en pied la jeune femme était très élégante, la pièce était plutôt grande. Elle fit s’installer Jack dans le salon, sur un grand canapé bordeaux, la dernière fois qu’il était venu dans cet appartement, 10 ans auparavant, celui-ci était tellement plus petit, depuis des cloisons étaient tombées et les deux autres appartements de l’étage avait été ajouté au F3 d’origine lorsqu‘Arnaud vivait encore avec sa mère. Un étage était même accessible par un escalier en métal, transformant le tout en un immense duplex.
- Je suis désolée d’avoir été si désagréable à la porte, mais Arnaud n’est sorti de prison que depuis 3 mois alors je ne voudrais pas qu’il retrouve de mauvaises fréquentations, mais vous c’est pas pareil.
Jack l’avait sorti d’un très mauvais pas lorsqu’il touchait encore à la drogue. Arnaud le considérait comme une sorte de sauveur et sa compagne aussi même si elle ne le connaissait pas à l’époque.
- Il ne me reconnaîtra certainement pas, lorsqu’il a été arrêté, il y a 10 ans je travaillais encore, et j’avais une tout autre allure, j’avais pas de chat qui me collait ni autant de cheveux…et puis j’avais quelques kilos en plus. Je ne sais même pas ce qu’il lui est arrivé, il a changé de train de vie apparemment.
La jeune femme lui raconta que Arnaud avait, après sa première incarcération, prit contact avec un groupe qu’il pensait plutôt honnête pour retravailler, ils s’étaient alors rencontrés lors d’un gala organisé par ses nouveaux « amis », et, de fil en aiguilles ils s‘étaient installés ensemble, elle était architecte et gagnait confortablement sa vie, c‘est de là que venaient toutes les améliorations de l‘appartement. Jack, lui, avait déjà disparu de la circulation. Croire en l’honnêteté de ses collaborateurs s’était avéré être une erreur et il était retombé en prison, et à sa dernière sortie elle lui avait trouvé un travail chez un de ses clients.
- Voilà toute l’histoire. Mais qu’est-ce qui vous amène? Je sais qu’à sa sortie de prison il y a 4 ans il n’a pas réussi à vous retrouver… .
- J’ai perdu mon travail, ma femme, par la même occasion mes enfants, et je me suis retrouvé sous le pont du chemin de fer. Depuis peu j’ai ce chat qui me suit et je pense qu’il est à ma fille, je me suis trop laissé aller, en 5 ans je n’ai rien fait que ruminer, mon compagnon à fourrure m’a redonné l’envie de reconquérir ce que j’ai perdu, mais pour un SDF c’est pas facile, je venais voir si Arnaud ne pouvait pas m’aider, légalement bien sur, et je ne savais pas s’il était sorti de prison ou non, ni s’il habitait toujours là… .
La femme sourit légèrement, bien sur ils pourraient l’aider. Elles lui trouverait un travail et en quelque mois il pourrait retourner tenter sa chance avec sa famille.

Le chat dévala les escaliers chassant un petit être invisible, invisible, mais pas tant que ça, lui, savait que la petite lueur bleue qu’il coursait était bien réelle.
Leur course se finit sur le rebord de la fenêtre, la petite lueur s’enfuit, et le chat retourna se blottir contre celui qu’il avait choisi comme maître.

_________________
Dans la forêt de cendre, au détour d'un arbre, sous une feuille de rosée, un défilé de champignons...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amnesy
Admin à Petite Plume
avatar

Nombre de messages : 467
Age : 31
Date d'inscription : 21/04/2007

MessageSujet: Re: Premier Cadavre Exquis -- Jack -- (Terminé)   Mar 17 Juil - 5:55

Les mois étaient passés et Jack avait réussi à s’adapter et à conserver son poste. Très fier de son travail et de sa ténacité il mettait de côté ses difficultés à se réhabituer à la vie hors de la rue. Il était hébergé par Arnaud et sa femme, dans leur immense duplex. Ainsi, il pourrait aisément retourner vivre avec son ex femme et ses enfants, s’il arrivait à les persuader qu’il avait changé et que tout pouvait recommencer.
Minoush semblait apprécier la douceur et la chaleur des canapés, plutôt que la fine couche de cartons sous le pont. Il mangeait enfin à sa faim et son poil reprenait une jolie couleur et texture. Jack aussi était ravi de manger autant qu’il le souhaitait. Et le moelleux de son lit lui donnait envie de s’y blottir toute la nuit.
Souvent le soir, le drap remonté jusque par-dessus ses épaules, il songeait au chemin parcouru. Et il était heureux. Il avait confiance en son avenir. Minoush lui avait donné l’envie de se battre et de ne pas lâcher. Cela portait ses fruits.

Jack se rendait souvent à son ancien domicile depuis quelques jours. Il restait dans la rue à observer les fenêtres, à guetter le moindre mouvement. Il vit plusieurs fois sa femme et ses enfants rentrer chez eux, et à chaque fois il s’était caché. Jusqu’au jour où il eut un immense courage et où il s’engagea jusqu’à la porte d’entrée où il sonna. Le cœur battant la chamade, il attendait qu’une voix lui réponde.
- Oui?
- Marine? C’est moi, répondit-il simplement.
Il savait qu’elle allait reconnaître sa voix. Même après toutes ces années de silence.
Elle ne répondit pas. C’était au dessus de ses forces. Mais elle pressa sur le bouton d’ouverture malgré tout. Heureux, Jack s’engouffra dans le hall et monta les escaliers quatre à quatre. Il se sentait très étrange à la vue de la porte de son appartement. Il repensait à toutes les fois où il avait introduit ses clés dans la serrure. Où il avait essuyé ses pieds sur le paillasson qui disait « bienvenue ». Sa gorge se serra. Marine lui ouvrit. Elle eut un choc lorsqu’elle le vit. Il avait beaucoup maigri. Ses joues s’étaient creusées. Cela faisait tellement longtemps qu’elle ne l’avait pas vu… Elle s’effaça pour lui permettre de rentrer. Jack s’exécuta immédiatement. Gêné, il triturait ses mains, sa gorge était toujours serrée et il n’arrivait pas à émettre un son. Heureusement, ce fut Marine qui parla la première.
- Les enfants ne sont pas encore rentrés de l’école. Que fais-tu là Jack? Pourquoi es-tu revenu? Tu veux t’asseoir? Boire quelque chose?
Tant de questions trahissaient son malaise. Jack lui répondit que oui, il voulait bien s’asseoir, et un verre d’eau également. Une fois assis face à face, il répondit à ses premières questions. Marine resta sans voix. Elle était touchée par ce qu’il lui disait. Touchée qu’il tienne à revenir, à lui prouver qu’il avait changé.
- Je ne vais pas être très difficile à convaincre, lui avoua-t-elle rapidement avec un petit sourire.
- Je l’espérais, je t’avouerais…
Elle lui prit la main.
- Comment vont réagir les enfants?
- Lucie va très bien t’accepter, elle te demande souvent et me parle beaucoup de toi, même si elle était très petite quand… Et Lucas, lui par contre est un peu remonté contre toi, même encore maintenant… Il t’appelle par ton prénom, refuse de t’appeler « papa »…
- Je m’en accommoderai. Je ne veux pas le brusquer, je lui laisserai le temps. D’ailleurs, je ne compte pas revenir habiter avec vous comme ça, de but en blanc. Je vais vous laisser du temps, à vous trois.
- Je pense que c’est le mieux. Pour les enfants en tout cas.
- Tu m’aimes toujours? risqua Jack.
- …Oui. J’ai toujours espéré, pendant nos années de galères, que tu changes du tout au tout un beau jour. Je perdais cet espoir au fil du temps, car plus je te laissais des chances, plus tu les bousillais. Et puis aujourd’hui tu es là… Et… Si c’est le temps qu’il fallait pour que… Et bien… J’en suis heureuse. Je suis contente comme ça.
Jack sourit. Il lui semblait à lui aussi que c’était le temps qu’il lui avait fallu pour qu’il comprenne ses agissements et que tout se remette dans l’ordre dans son esprit. Il ne referait plus jamais les mêmes erreurs.
Ils parlèrent ainsi jusqu’au retour des enfants de l’école. Lucie ne le reconnut pas. Mais lorsqu’elle sut qui il était, elle fondit dans ses bras, en hurlant de bonheur. Lucas, lui, avait fermé son visage et bouillait intérieurement. Il ne dit pas un mot et s’enferma dans sa chambre. Jack alla lui parler. Longuement. Le garçon l’écouta attentivement.
Puis Jack prit congé de sa petite famille, rassuré et heureux. Il avait gagné contre son destin funeste. Il avait pris sa revanche sur la vie. Il rentra chez ses amis, les mains dans les poches et la tête dans les étoiles.

Jack était confiant. Il avait réussi à se faire accepter par son fils, même s’il avait conscience que beaucoup de chemin restait à parcourir pour que celui-ci lui pardonne et que leurs relations redeviennent normales. Marine était redevenue sa femme, elle lui avait pardonné, même si elle attendait des preuves, pensait Jack. Mais ce n’était pas important, il allait les lui fournir de toutes façons. Il avait envie de lui montrer qu’il était un autre homme. Quant à Lucie, elle était trop petite lorsque tout ça s’était passé, et elle l’acceptait comme s’il revenait d’un long voyage. Bientôt, il allait retourner vivre dans son appartement, avec les siens. Il allait d’ailleurs commencer bientôt ses bagages.

Azilis, flottant des les airs, sourit. Et en un tintement, elle s’en alla. Sa mission était remplie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.20six.fr/darkstars
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Premier Cadavre Exquis -- Jack -- (Terminé)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Premier Cadavre Exquis -- Jack -- (Terminé)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tim Burton's Cadavre Exquis
» Cadavre exquis sujet 1
» Cadavre Exquis
» CADAVRE EXQUIS : Collaboration littéraire
» Cadavre exquis [Bagieu, Pénélope]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nouvelles Plumes :: ~Activités~ :: ~Cadavre Exquis~-
Sauter vers: