Nouvelles Plumes

Forum d'auteurs
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Missing in action.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mr. Spatula
Duvet Soyeux


Nombre de messages : 110
Age : 31
Date d'inscription : 14/01/2008

MessageSujet: Missing in action.   Dim 16 Mar - 5:11

Like a Star @ heaven 1ère place du concours 10 Like a Star @ heaven



Le sol a une étrange texture, très étrange, le sol est presque totalement lisse, comme un immense caillou, qui s’étendrait à perte de vue. Tout le groupe semble perplexe dans ce nouvelle univers mais les ordres sont clairs, nous devons avancer. La peur des autres est perceptible dans l’air mais le souvenir de notre mission est encore assez fort pour les pousser à continuer la marche. Le mouvement est difficile, ce sol perturbe la troupe, personne ne semble pouvoir s’y accrocher, mais nous continuons dans ces territoires inodores.

Nul n’a jamais mis les pieds ici, la piste est vierge de parfum ; l’air lui-même perturbe nos sens. Sec, vide, et étrangement tiède. La vision est claire, mais il n’y a rien devant nous. A perte de vue le sol s’étale blanc, brillant, glissant. Parfois je ressens la peur des autres, mais les messages s’effacent aussitôt, ils n’ont aucune prise que nos peaux.

Je suis responsable de l’expédition, je suis premier à avoir noté cette ouverture dans la muraille infinie qui s’élevait à nos portes. La troupe est constituée de volontaires, de travailleuses, de récolteuses, d’une soldate qui se promenait dehors, oisive et affamée. Nous devons avancer, trouver des traces d’une autre civilisation. Nous espérions rencontrer du monde avant que l’ombre n’ait atteint nos positions. Nous marchons en ligne, tout droit pour ne pas nous perdre.

Notre trace disparaisse à mesure que nous progressons. Il semblerait que la terre ait été quadrillée sur toute son immensité. Nous suivons de loin une des lignes qui déchirent la terre lisse et immaculée. C’est notre seule chance de salut. Des messages de désaccord commencent à percer, des messages de panique aussi. La majorité du groupe me soutient toujours, nous ne feront pas demi-tour, pas tant que le soleil brillera sur nous à travers cette surface invisible qui aiguise ses rayons.

Cette atmosphère épurée perturbe un peu plus à chaque pas nos perceptions, nos communications. Nous avons quitté la sphère commune depuis un temps qui nous échappe tant les carreaux se suivent, identiques. Il y a eu la colonie, les chemins balisés, de moins en moins, et puis la barricade, immense et infinie. Je n’ai pas su d’où venait cet immense passage mais je m’y suis glissé un instant, avant d’y revenir avec elles. A mesure que nous avançons l’erreur me parait évidente, le soleil ne brille plus derrière mais sur loin sur la gauche, nous avons dévié, même s’il n’y a toujours autour de nous qu’une infinité de carreaux trop blanc et trop lisses.

Les messages de panique fusent désormais. Nous avons trop marché et nombre de nous sont affamées. Nous avons perdu notre chemin, c’est désormais devenu une évidence. Il n’y a pourtant nulle rancœur, juste la peur et la faim. Personne n’a plus conscience du temps, parfois des ombres immenses se glissent sur nous, des formes titanesques couvrent le Soleil qui brillait si violement à travers l’invisible.

Nous avons atteint le mur mais il s’est refermé sur nous, l’ombre ne nous quitte plus, elle nous suite, et les formes qui nous observent la haut se rapprochent peu à peu. Nous ne distinguons pas les traits de ces créatures mais elles semblent vivantes. Une de nous propose d’escalader le long de la paroi invisible, l’air semble plus frais en hauteur. Nous nous élançons vers la première partie de la montée, une surface aussi blanche que le sol, mais sa texture est différente, plus souple mais tout aussi glacée.

Nous grimpons sur la surface invisible, en face de nous les brins d’herbe de notre colonie. Des messages d’espoir renaissent, et s’effacent doucement lorsqu’il parait évident que nous sommes coincées. Il n’y a nul passage dans cette surface immense. L’ombre a disparu mais une créature se tient derrière nous. Malgré de long instant d’escalade elle semble toujours aussi immense. Sa taille est infinie.

Un cylindre s’approche de nous, il est relié à la créature qui nous guette. Il y a un long souffle glacé. Corrosif, des cris terrifiés retentissent tout autour de moi. J’étouffe, je fonds, trois de mes pattes sont paralysée. Autour de moi il y a déjà une demi-douzaine de mortes. Un nouveau souffle se fait sentir, le dernier. Ce n’est pas juste un parfum, c’est un gaz. Humide, glacée, destructeur. Le dernier instant n’en est presque pas un, il est trop court. La créature a des yeux, une bouche, aussi grande que la colonie. Le gaz sort du cylindre, sa vitesse est incomparable. Je me souviens le vent, les parfums de ruche, j’envoie un dernier message mais je suis seule.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entattendant.canalblog.com
 
Missing in action.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Missing in action (1984 , Joseph Zito)
» [Bluray] Last Action Héro
» Travailler à moteur action (cascadeur, ...)
» [SOFT] VLINGO WORDS TO ACTION : Application vocale [Gratuit]
» action man/james bond

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nouvelles Plumes :: Rubriques des membres :: Dans le Duvet Soyeux :: Aquarium.-
Sauter vers: